Back to top

Boursiers et boursières

La bourse de 2020-2021

Fiorella Rabuffetti est doctorante à l’École d’études politiques de l’Université d’Ottawa. Elle est titulaire d’un baccalauréat de l’Universidad de la República (Uruguay), et d’une maîtrise de l’Université de l’Alberta.

Sa thèse de doctorat porte sur l’apatridie qui, selon sa définition juridique, est l’état d’une personne sans nationalité, qu’aucun État ne reconnaît comme son ressortissant. Elle réfléchit à l’apatridie comme forme de dépossession par laquelle les États minent la capacité des personnes apatrides à s’installer où que ce soit. Considérant trois cas d’apatridie – les « effacés » de Slovénie, les Dominicains d’ascendance haïtienne en République dominicaine, et les Bidounes du Koweït — elle met en question la tendance à réduire l’apatridie à l’absence de statut légal, soulignant les mécanismes sociopolitiques qui en favorisent la perpétuation. Parmi ces mécanismes, elle se penche surtout sur la difficulté d’accès à des documents officiels (p. ex., contrat de travail, titre de propriété, contrat de mariage) qui les confine à leur état d’apatride.  

Depuis longtemps passionnée d’écriture créative et de théâtre, elle est l’autrice de deux pièces de théâtre primées et jouées en Uruguay. Cette passion s’étend aux possibilités qu’ouvre l’expression artistique pour la recherche et l’enseignement en sciences sociales.  

Sa recherche a été financée par le Programme de bourses ontariennes Trillium, le Programme de bourses d’études supérieures de l’Ontario et le P.E.O. International Scholar Award.

LAURÉATS ET LAURÉATES PRÉCÉDENTS